françaisfrançais - Belgique
Your account

Your shopping cart is empty

Analyse continue de COT dans la production d’énergie

Blog article Elscolab - Analyse continue de COT dans la production d’énergie

Évitez la pollution, la corrosion et la formation de dépôts

La contamination organique de l’eau pure lors de la production d’électricité peut être à l’origine de divers problèmes qui risquent de coûter cher. Personne ne peut le nier. Prenons, par exemple, la pollution organique des échangeurs d’ions. Elle conduira à une fréquence plus élevée de la régénération ou du remplacement des résines. Lorsque des substances organiques se dégradent, il se forme des acides organiques, qui font baisser le pH. En fin de compte, cela peut engendrer une corrosion dans la turbine. Or, c’est ce qu’il faut éviter à tout prix. Les échangeurs thermiques ne sont pas épargnés non plus. En effet, leur efficacité diminue par les dépôts organiques formés (souvent avec des produits inorganiques). 

La cause de la pollution organique 

L’eau est la matière première de la production de vapeur nécessaire à la production d’électricité. Souvent, il s’agit d’eaux de surface ou d’eaux souterraines. Ces deux sources d’eau ne sont pas exemptes de substances organiques, cela tombe sous le sens. L’eau brute doit donc être traitée avant de pouvoir être utilisée dans le processus de production. Dès lors, l’installation de traitement de l’eau a parfois fort à faire. 

Les eaux de surface connaissent de fortes fluctuations saisonnières de la charge organique. Ces dernières années, la baisse du niveau des eaux souterraines est devenue un problème qui a nécessité de privilégier les eaux de surface ou d’autres sources aux eaux souterraines. Parfois, des eaux usées traitées sont même utilisées. L’efficacité des systèmes de traitement des eaux est donc largement mise à l’épreuve. Les installations de cogénération qui partent du condensat d’installations industrielles (principalement chimiques), qui peut également être contaminé, connaissent un phénomène similaire. 

Mesure de la contamination organique 

Mesurer, c’est savoir. La prévention de la contamination organique commence par sa détection. La concentration de substances organiques dans l’eau est désignée par le COT, le carbone organique total (Total Organic Carbon). Il existe plusieurs types et dimensions d’analyseurs de COT. La méthode la plus élégante, utilisée dans les analyseurs de Mettler Toledo Thornton, consiste à recourir à une oxydation par une lumière UV très intense qui transforme complètement les substances organiques en gaz carbonique (CO2) dans un flux d’eau continu. La conductivité de l’eau est mesurée avant et après la lampe UV car celle-ci augmente avec la présence de gaz carbonique dans l’eau. La différence entre les deux mesures de la conductivité est mise en corrélation avec le COT.

Un analyseur robuste et durable

Les opérateurs et techniciens veulent surtout éviter les problèmes supplémentaires et la maintenance fastidieuse. Voilà pourquoi un analyseur de COT avec oxydation UV et mesure de la conductivité avant et après exposition est un si bon choix. Pas de clapets ou de vannes, pas de pièces mobiles, pas de membranes et pas de réactifs. L’entretien périodique est dès lors minimisé. Pour le contrôle des processus et le contrôle de qualité, ces analyseurs offrent encore un avantage supplémentaire. Ils mesurent en continu et non par lots. Il n’y a donc jamais, au grand jamais, une partie ou une période dans lesquelles l’eau n’est pas analysée.

 

Questions ? Besoin de plus d'infos ?
N'hésitez pas de nous contacter.

03/09